Archives de l’auteur

Evaluation nutritionnelle

Qu’est-ce que l’évaluation nutritionnelle de votre animal?

Il s’agit d’évaluer l’état d’embonpoint de l’animal , c’est à dire son « score corporel » et d’en conclure ainsi si son alimentation est son mode de vie sont adaptés.

  1. L’EVALUATION DE LA MASSE GRASSE

Le vétérinaire pourra évaluer la masse grasse grâce à une échelle allant de 1 à 9. Le score idéal étant de 5. Chaque unité correspond à 10% de masse graisseuse en plus ou en moins. Par exemple on scorera un chien trop maigre de 10% à 4/6, et un chien en surpoids de 10% à 6/9.

A partir de 7/9 on parle d’obésité.

Le vétérinaire palpe la masse grasse située sur les côtes, de part et d’autre de la colonne vertébrale et au niveau abdominal.

 

3) EVALUATION DE LA MASSE MAIGRE

Il est important d’évaluer la masse musculaire de l’animal. Le vétérinaire palpe les muscles situés au niveau des tempes, de l’épaule, du dos et des cuisses. Une perte de muscles pourra être imputée à une maladie (arthrose, anomalie métabolique) ou à une alimentation inadaptée.

2) CAS DU SURPOIDS

Vous mettez en place un nouveau régime alimentaire pour votre animal afin d’obtenir son poids optimal? Il s’agit d’un processus long qui nécessite de la patience.

Un suivi est indispensable afin de corriger la prescription si nécessaire.

En effet, l’animal doit accepter son aliment, ne pas souffrir de troubles digestifs et être suffisamment rassasié.

1ére étape : le 1er mois

Une transition longue doit être opérée. Elle consiste à mélanger les anciennes croquettes avec les nouvelles de façon progressive sur au moins 8 jours.

Au bout d’un mois, le poids est généralement le même. Un point doit être fait sur la tolérance digestive, et le comportement alimentaire.

Et par la suite

Puis une consultation tous les 2 mois permet d’évaluer la perte de poids jusqu’à l’obtention du poids optimal et de revoir la prescription si nécessaire.

 

 

Le bilan nutritionnel

 

 

Qu’est ce que c’est?

Il s’agit d’examiner votre animal et d’estimer son score de masse maigre et son score de masse grasse.

Le rapport graisse/muscle est important dans l’examen clinique. On vise un « idéal » permettant de limiter les risque sur la santé.

En effet, un animal trop gras et/ou pas assez musclé risquera de déclencher des complications comme le diabète, les troubles ostéoarticulaires, les maladies cardiovasculaires…

 

Qu’est-ce que le score de masse grasse ?

Il est gradé de 1 à 9, en fonction de la palpation des masses graisseuses situées sur les côtes et le rachis.

5/9 est le score idéal.

En dessous de 5, l’animal manque de graisse, chaque point correspondant à 10% manquant. Ex : un score de 4/9 correspond à un manque de graisse de 10%

Au dessus de 5, l’animal a trop de graisse, chaque point correspondant à 10% en excès.

Ex : un score de 6/9 correspond à un excès de graisse de 10%.

 

Qu’est-ce que le score de masse maigre ?

 

Il est gradé de 1 à 4, en fonction de la palpation des masses musculaires temporales (les tempes), scapulaires (de l’épaule), dorsolombaire et fémorales (la cuisse).

Le score idéal est 4. En dessous l’animal est démusclé.

Exploitation des scores par le vétérinaire

Le vétérinaire en conclut une solution nutritionnelle basée sur le choix d’un aliment adapté aux besoins de l’animal.

Il réalise un rationnement permettant de couvrir les besoins en nutriments essentiels que sont les protéines et les acides gras essentiels.

Il calcule l’apport en énergie (calorie) nécessaire à l’obtention ou au maintien du poids idéal.

CORONAVIRUS : QU’EN EST -IL POUR NOS ANIMAUX?

En ces temps de confinement, vous vous posez tous de nombreuses questions sur le coronavirus et vos compagnons à 4 pattes. Voici quelques réponses que nous pouvons apporter aujourd’hui, sachant que de nouvelles informations et directives tombent régulièrement!

 

La contamination croisée entre nous et nos animaux est-elle possible?

Nous n’en savons rien!! En l’état actuel des choses, rien ne pousse à croire que nous pourrions contaminer ou être contaminés par nos animaux de compagnie. Trop de chiens de chats sont abandonnés pour ce prétexte ou pour un autre : ne cédons pas à la psychose!!

 

Ai-je le droit de me promener avec mon animal?

Oui et non. Les directives gouvernementales vont dans le sens d’une restriction de plus en plus ferme concernant les sorties. Votre chien ne  devra sortir que pour faire ses besoins et rester proche de votre domicile ou que dans le jardin tant est qu’il y en ait un.

Concernant les chats ayant habituellement accès à l’extérieur, cette directive est tout simplement impossible à respecter! L’avantage est que vous n’êtes pas obligés de l’accompagner!

Et si mon animal est malade?

Vous avez toujours accès aux soins vétérinaires. Les cliniques doivent assurer la continuité de soins des animaux tout en assurant la protection des employés et des propriétaires d’animaux.

Dans notre clinique voici les règles de sécurité sanitaire mises en place :

-Désinfection après chaque entrée de personne dans la clinique,

-Nombre d’entrées limité au maximum dans la structure, 

-Prise de RDV par téléphone avant passage à la clinique,

-RDV donné que si nécessité vitale,

-Une seule personne par animal,

-Pas de personnes mineures.

 

 

 

L’ALIMENTATION DU CHIOT

A 2 mois, c’est-à-dire, au moment de l’adoption, le chiot est sevré. Cela veut dire que son système digestif s’est habitué à un aliment complet solide en relai du lait maternel.

 

Le choix d’un aliment haut de gamme est crucial. En effet, entre 2 et 6 mois, le chiot est particulièrement fragile du fait de son système immunitaire immature et de la demande particulièrement élevée en nutriments de son organisme en construction.

Les aliments adaptés à la croissance doivent notamment apporter :

– des protéines de bonne qualité afin de fournir au chien les acides aminés essentiels.

-des « bonnes graisses » c’est à dires des acides gras essentiels à longue chaîne (oméga 6 et oméga 3).

-Les glucides (sucres) sont dits « non essentiels ; par contre parmi les glucides figurent les fibres dont le système digestif a besoin, parmi lesquelles : les fibres solubles dont les bonnes bactéries de l’intestin se nourrissent (effet pré et probiotique), et les fibres insolubles permettant mécaniquement un bon transit.

 

Cette alimentation spécifique pour chien en croissance doit être maintenue plus ou moins longtemps en fonction de la race de votre chien :

– chez les chiots de race naine ou de petite taille jusqu’à 6-8 mois

– chez les chiots de race moyenne jusqu’à 1 an

– chez les chiots de grande race jusqu’à 15 mois

– chez les chiots de race géante jusqu’à 18 mois, voire 2 ans.

 

L’importance de la transition alimentaire

A l’arrivée du chiot à la maison, un changement d’aliment est parfois opéré, notamment sur conseil vétérinaire. Si c’est le cas, pensez à réaliser une transition alimentaire longue. Elle consiste à mélanger les anciennes croquettes avec les nouvelles en augmentant de façon progressive la part des nouvelles, et ce sur au moins 8 jours. Elle permettra au chiot de s’y habituer et d’éviter une diarrhée.

 

Cas particulier du chien stérilisé

 

Attention si votre chien est stérilisé à 6 mois, ses besoins changent !

S’il n’a pas passé son pic de croissance (cas des grands chiens) il faudra lui donner un aliment toujours très protéiné et également calorique, alors que s’il a passé son pic de croissance son aliment devra être moins calorique.

 

Conséquences d’un déséquilibre nutritionnel

 

Les troubles engendrés par un déséquilibre de ration sont ostéo-articulaires, surtout pour les grands chiens, mais aussi métaboliques (reins, foie, cerveau) et immunitaire. Le chiot est fragilisé vis-à-vis des infections et peut notamment avoir plus de troubles digestifs chroniques qui aggravent l’état de dénutrition.

L’ETAT DE CHOC : UNE GESTION D’URGENCE

Qu’est ce que c’est ?

L’état de choc est un symptôme très grave caractérisé par une insuffisance circulatoire aiguë (manque de sang en circulation) et une diminution sévère de la perfusion des organes.

Quelle est la cause ?

De multiples désordres peuvent expliquer un état de choc :

-Un traumatisme (accident de la route par exemple) engendrant une hémorragie avec une perte de sang significative,

-Un trouble cardiaque grave,

-Des troubles digestifs entrainant des pertes hydroélectriques (liquide et ions) importantes,

-Un sepsis (infection bactérienne),

-Un état de nénutrition.

chiot en état de dénutrition et hypothermie marquée

Quels sont les symptômes ?

-Léthargie,

-Muqueuses pâles

-Prostration intense

-Polypnée (respiration rapide)

-Hypothermie

-Troubles neurologiques (convulsions, coma)

 

Quel est le traitement ?

 

Il faut agir vite. Le traitement consiste en un traitement de la cause, un traitement contre le choc et une perfusion intraveineuse permettant de restituer le volume sanguin. On lutte contre l’hypothermie par l’usage de matelas chauffant ou de lampes chauffantes.

VOUS VENEZ D’ADOPTER UN CHATON : QUE FAUT-IL FAIRE LA 1ERE ANNEE?

 

Un suivi régulier est conseillé afin de poser les bonnes bases en terme de santé et de comportement. Voici le calendrier des visites vétérinaires recommandées :

  • Visite suite à l’adoption

un examen clinique complet de votre animal est réalisé afin de rechercher d’éventuelles anomalies congénitales (de naissance).

– une prescription d’antiparasitaires (vers, puces, tiques), le chaton étant généralement très parasité au contact de sa mère.

 

– la mise en place du protocole de vaccination adapté à votre animal.

 

– de prévenir les troubles du comportement, le chat n’étant pas un petit chien !

 

 

  • Visite pour les premiers vaccins et les rappels

 

Les vaccinations dites « essentielles » consistent en 3 injections réalisées entre l’âge de 2 mois et de 4 mois, précédées d’un examen clinique complet.

 

  • Visite pubertaire : LA STERILISATION

 

Nous vous conseillons de prendre rendez-vous au 6 mois de votre chat. Ce sera l’occasion :

-DE LE STERILISER, 

– de réaliser un examen clinique complet de votre animal qui est en pic de croissance,

– de faire un point sur son comportement,

– de valider avec vous le nouveau rythme d’anti-parasitaires,

– de vous conseiller sur le changement d’alimentation,

-de l’identifier si ce n’est pas déjà fait.

-de le tester vis-à-vis du FIV et FelV (« sida » du chat).